L'Halloween

Présentation:

Halloween est une fête qui se déroule dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre. Elle est fêtée principalement en Irlande, au Canada, en Australie, en Grande-Bretagne et aux États-Unis. La tradition la plus connue veut que les enfants se déguisent avec des costumes qui font peur ou qui font rire (fantômes, sorcières, monstres, vampires... etc.) et aillent sonner aux portes en demandant aux adultes, souvent eux-mêmes déguisés, des bonbons, des fruits ou de l'argent avec la formule : "Trick or treat!" ("Des bonbons ou un mauvais sort !") ou simplement "Halloween !". D'autres activités incluent des bals masqués, le visionnement de films d'horreur, la visite de maisons "hantées"...etc.

L'Halloween est une fête folklorique anglo-saxonne, à laquelle certains prêtent une origine celtique. Cette tradition a été transportée en Amérique du Nord au XIX ème siècle par les Irlandais, les Écossais et autres immigrants.

Le principal symbole de l'Halloween est la citrouille, remplacée quelquefois par un potiron, issu de la légende irlandaise de Jack-o'-lantern : on le découpe pour y dessiner, en creux, un visage, puis on place une bougie en son centre.

Origine:

L'Halloween est une fête folklorique traditionnelle à laquelle certains attribuent une lointaine origine celtique. Pendant la protohistoire celtique, existait une fête religieuse, "Samain" en Irlande, "Samonios" en Gaule, qui se déroulait sous l'autorité des druides, pendant sept jours (le jour de Samain lui-même et trois jours avant et trois jours après). C'est une fête de fermeture de l'année écoulée et d'ouverture de l'année à venir. C'est la période de possibles rencontres mythiques entre certains hommes et les dieux des Tuatha Dé Danann. La civilisation celtique (et la religion et les fêtes druidiques) a disparu d'Irlande au V ème siècle, avec l'évangélisation hagiographique [c'est l'écriture de la vie et/ou de l'œuvre des saints] de saint Patrick. La fête chrétienne de la Toussaint, à laquelle est adossée Halloween, n'a été instituée qu'au XI ème siècle par le pape Grégoire IV. L'abondante littérature irlandaise médiévale, élaborée par les clercs entre le VIII ème et le XII ème, ne mentionne que la fête sacrée de Samain.

L'étymologie appartient strictement à la langue anglaise. Son nom actuel est une altération de "All Hallow Even", qui signifie littéralement "le soir de tous les saints du paradis", c'est-à-dire la veille de la fête chrétienne de la Toussaint ("hallow" est une forme archaïque du mot anglais "holy" qui signifie "saint", "even" est une forme usuelle qui a formé evening qui signifie "soir"). L'orthographe "Hallowe'en" est encore parfois utilisé au Canada et au Royaume-Uni.

La fête folklorique d'Halloween a été importée sur le continent nord-américain par les immigrants catholiques britanniques.

Symbolique :

À l'origine, le symbole d'Halloween était un navet contenant une bougie pour commémorer la légende de Jack-o'-lantern (Jack à la lanterne), condamné à errer éternellement dans l'obscurité entre l'enfer et le paradis en s'éclairant d'un tison posé dans un navet. Le navet fut progressivement remplacé par une citrouille, elle-même remplacée quelquefois par un potiron ou un autre légume : on le découpe pour y dessiner, en creux, un visage grimaçant, puis on place une bougie en son centre. Même s'il y a une tradition des Îles Britanniques consistant à sculpter une lanterne à partir d'un rutabaga, d'une betterave fourragère ou d'un navet, la pratique fut associée à l'Halloween en Amérique du Nord, où la citrouille était plus large et plus facile à sculpter.

Les personnages couramment associés à l'Halloween sont les fantômes, les goules, les sorcières, les vampires, les chauves-souris, les hiboux, les corbeaux, les vautours, les maisons hantées, des personnages à tête de citrouille, les chats noirs, les araignées, les gobelins, les zombis, les momies, les squelettes, les loup-garous et les démons. Surtout en Amérique du Nord, le symbolisme est inspiré par les classiques du cinéma d'horreur, avec des personnages comme Dracula, le monstre de Frankenstein, le Loup-Garou et la momie. Les maisons sont souvent décorées avec ces symboles.

L'orange et le noir sont les deux couleurs traditionnellement associées à l'Halloween. Dans les produits et les images plus récentes, on retrouve aussi du mauve, du vert et du rouge. L'usage de ces couleurs est, en partie, dû à leur usage dans les publicités ayant rapport à cette fête depuis plus d'un siècle.

Les Activités :

L'événement principal de la fête est le "passage de l'Halloween" durant lequel des enfants déguisés vont de porte en porte pour réclamer des friandises. Les petits anglophones crient "Trick or treat !", qui signifie "Des bonbons ou un mauvais tour !". En ce sens, Halloween fut d'abord connue sous le nom de "Soirée des tours" dans les premières régions du Québec où elle se diffusa. Même si cela ressemble à une tradition plus ancienne en provenance d'Écosse et d'Irlande, la collecte rituelle de l'Halloween apparaît seulement au début du XX ème siècle en Amérique du Nord, et s'est peut-être développée indépendamment. Les habitants de la maison, eux-mêmes souvent déguisés, donnent des friandises, des barres de chocolat, et parfois même des boissons gazeuses. Certaines personnes utilisent des effets sonores et de la fumée pour ajouter à l'ambiance.

La collecte pour l'UNICEF est devenue une tradition durant l'Halloween en Amérique du Nord. Débutant en 1950 comme événement local dans une banlieue de Philadelphie, le programme consiste en la distribution de petites boîtes aux écoliers, avec lesquelles ils peuvent solliciter des dons en visitant les maisons. On estime que les enfants ont amassé plus de 119 millions de dollars américains pour l'UNICEF depuis le début du programme. En 2006, l'UNICEF retira ces boîtes dans certaines parties du monde, citant des problèmes administratifs et de sécurité.

Popularité dans le Monde:

  • En Irlande:

L'Halloween est une fête très populaire en Irlande et est connue sous le nom Gaélique "Oíche Shamhna" (littéralement "la nuit de la fin de l'été"), et est célébrée depuis des siècles. Dans la nuit de l'Halloween, les enfants et les adultes se déguisent en créatures maléfiques (fantômes, zombies, sorcières, goblins), des grands feux sont allumés et des feux d'artifices sont tirés partout dans le pays.

  • En Ecosse:

Ayant une langue et une culture gaéliques communes avec l'Irlande, il célèbre la fête de Samhain depuis des siècles. L'Halloween, connu en Gaélique écossais sous le nom de "Oidhche Shamhna", consiste principalement en des enfants déguisés (souvent en sorcière ou en fantôme) faisant du porte-à-porte et offrant des divertissement variés. Si la performance est appréciée, les enfants sont récompensés avec des bonbons, des fruits ou un peu d'argent. En Écosse, le folklore, incluant l'Halloween, est centré sur la croyance envers les fées. Les enfants se costument et transportent une "Neepy Candle", un visage diabolique gravé dans un rutabaga (neep en anglais) évidé, éclairé de l'intérieur, pour effrayer les mauvaises fées.

  • En Angleterre:

L'Halloween était autrefois appelée "la nuit du casse-noisettes" ou "la nuit de la pomme croquante". Les familles réunies autour du feu racontaient des histoires tout en mangeant des noisettes et des pommes. Ce jour-là, les pauvres recevaient des gâteaux appelés "les gâteaux de l'esprit".

  • En France:

La fête a connu un succès important mais passager autour de l'an 2000. Au début, Halloween n'était célébrée que dans les milieux anglo-saxons. La célébration de cette fête se développait lentement mais restait peu répandue. Tout change en 1997, lorsque l'opérateur téléphonique France Telecom lance un téléphone mobile de couleur orange baptisé "Olaween". Une importante campagne publicitaire (8 000 citrouilles furent distribuées au Trocadéro), associée à d'autres initiatives commerciales (en particulier les deux parcs à thème de Disneyland Paris) donne à cette fête une visibilité médiatique instantanée. Dès 1998, elle est adoptée par les commerçants et certains médias, la fête tombant dans la période creuse d'avant Noël.

Rapidement, certains Français critiquent cette importation d'Halloween en la dénonçant comme une opération marketing. Néanmoins les magasins se remplissent d'articles dédiés (costumes, citrouilles, bonbons), la vogue culminant autour de l'an 2000. Elle s'impose alors en France en moins de quatre ans comme la troisième fête commerciale de l'année, juste derrière Noël et le jour de l'an.Mais assez rapidement, la fête s'essouffle. Les rayons des supermarchés français sont moins fournis en objets destinés aux célébrations d'Halloween. Dès 2006 de nombreux médias comme "L ‘Express" et "20 Minutes" font état de ce désamour pour la fête. La pure logique commerciale et la survente médiatique de la fête en France sont mises en avant pour expliquer ce rapide retour de balancier. Halloween a aussi beaucoup souffert de vives oppositions politiques ou religieuses, la fête entrant en concurrence avec la Toussaint. En 2008, cette relative désaffection apparait à peu près générale : pas de décoration dans les rues, peu de publicité à la radio ou la télévision et d'articles dans les magasins, seulement quelques enfants espèrent une réelle progression de cette fête. S'il y a encore moyen de fêter Halloween en France, la fête est devenue bien discrète.

  • En Belgique:

L'Halloween n'existait pas jusqu'il y a peu. La formule "trick or treat" est adaptée en "des bonbons ou des coups de bâton", "des bonbons ou un frisson" ou plus couramment "des bonbons ou la vie".

  • En Roumanie:

La célébration de l'Halloween est liée au mythe de Dracula. Des bals costumés sont organisés en Transylvanie mais surtout dans la ville de Sighişoara. On considère en effet que l'esprit de Dracula vit dans cette ville parce qu'elle fut le théâtre de plusieurs chasses aux sorcières. Celle-ci sont recréées, de nos jours, par des acteurs le soir du 31 octobre.

  • Au Canada:

La fête d'Halloween est largement célébrée. Le 31 octobre, le soir venu, les enfants revêtent des costumes de toutes sortes, amusants ou effrayants, et envahissent les rues pour frapper à chaque porte et demander des friandises. Les foyers qui participent à la fête ornent le pas de leur porte d'une citrouille illuminée ou branchent simplement les décorations pour indiquer que les enfants y sont les bienvenus. Depuis quelques années, cette fête a pris de l'ampleur et donne lieu à de multiples activités pour petits et grands. La fête suscite aussi un engouement croissant pour la création de véritables décors d'horreur devant certaines maisons.

  • Aux Etats-Unis:

La suite d'une famine, les coutumes et les pratiques se déplacèrent, avec l'émigration irlandaise de 1646 à 1648, vers les États-Unis. C'est à la fin du XIXe siècle qu'elle y devient une source de festivité avec les déguisements et les décorations tournant autour des têtes de morts, fantômes, squelettes, sorcières. Les enfants déguisés en sorcières ou en fantômes défilent dans les rues en frappant aux portes et en revendiquant des petits cadeaux (des bonbons) sous menace de malédiction en cas de refus. La coutume du "trick or treat", qui signifie "tu paies ou tu as un sort", est apparue aux États-Unis dans les années 1930.

Sources du Texte 

Article "Halloween" sur Wikipédia, l'Encyclopédie libre

Quelques Images:    (Images Libres de droit)

4 votes. Moyenne 2.50 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×