Dynasties et Pharaons

Introduction

Le mot dynastie, du grec "dunasteia", correspond à la succession de souverains qui ont une même famille.

Exemple: les Dynasties Thinites

Epoque Thinite (ou époque archaïque)
C'est la période couverte par les deux premières dynasties.

La 1ère dynastie ouvre la période thinite, du nom grec de la capitale des pharaons des deux premières dynasties, Thinis (Tjene en égyptien). Elle marque le début de près de trois millénaires d'institution pharaonique. Elle débute avec l'unification de l'Égypte, autrefois divisée en deux royaumes distincts, celui du Nord et celui du Sud.On attribue au roi Narmer cette réunification, même s'il ne fait pas partie de la 1ère dynastie, et est généralement classé dans la période prédynastique.

La 2ème dynastie pharaonique marque un renforcement d'un pouvoir absolu qui repose sur une organisation centralisée et l'utilisation plus intensive de l'écriture [Il n'y a pas de coupure nette entre la 1ère et la 2ème dynastie]. Les rois de la 2ème dynastie doivent lutter contre les Nubiens et achever la pacification du Nord. Cette pacification et réunification du pays se fera à la fin de la dynastie par Khâsekhemoui. La 2ème dynastie clôture la période thinite.
L'Ancien Empire
Il couvre une période de cinq siècles et se compose de quatre dynasties.

La 3ème dynastie (-2700 à -2620) est principalement connue par le célèbre Djéser.

La 4ème dynastie (-2620 à -2508) est la dynastie qui a laissé les plus célèbres de tous les monuments : les Pyramides de Gizeh, sans oublier le Sphinx. Elle débute sous le règne de Snéfrou, père de Khéops.

La 5ème dynastie (-2508 à -2350) va abandonner les pyramides monumentales pour des constructions de dimensions plus modestes, car le pays n'a plus besoin de grands projets unificateurs à la gloire du "Roi-Dieu". Le mieux connu des souverains de la 5ème dynastie est Ounas.

La 6ème dynastie (-2350 à -2200) marque le règne très long de Pépi II. C'est à cette époque que l'on assiste à un morcellement du pouvoir central au profit des nomarques, tendance déjà amorcée à la 5ème dynastie. La charge se transmet de père en fils formant ainsi de véritable dynasties locales sans pour autant usurper le pouvoir royal. Elle est la dernière de l'Ancien Empire.

Première Période Intermédiaire (environ de -2180/-2150/-2140 à -2022)
Elle se situe entre l'Ancien Empire et le Moyen Empire. On lui attribue généralement les 7ème à 10ème dynasties. Cette période est caractérisée par l'effacement du roi de la scène politique au profit des nomarques, chefs de provinces (nomes), à l'origine désignés par le souverain, et dont le titre est devenu héréditaire avec le temps.

La 7ème dynastie recense, aujourd'hui, onze rois sur une période très courte. Le contrôle du roi est de plus en plus amoindri et certaines institutions telles que villes de pyramides et temples régionaux obtiennent un statut d'immunité, les exemptant d'impôts. Les nomarques s'érigent en potentats locaux, s'attribuant des titres au détriment du roi qui est obligé de composer avec eux et va perdre son pouvoir.

La 8ème dynastie trouve ses racines dans les luttes de succession à la mort de Notikris. La liste royale du Papyrus de Turin mentionne dix sept noms, d'autres documents vingt-cinq. Avec le peu de temps où ils sont au pouvoir, les rois n'arrivent pas à ré-instaurer l'ordre. Les rois essaient tout de même de perpétuer les traditions de l'Ancien Empire, mais ils doivent pactiser avec de puissantes familles.

Les 9ème dynastie et  10ème dynastie sont regroupées sous l'appellation "Dynasties hérakléopolitaines", car il est souvent difficile d'attribuer avec certitude les rois à une dynastie ou à l'autre.
Le Moyen Empire
Elle se compose de deux dynasties, la 11ème et la 12ème.

La 11ème dynastie (-2106 à -1963) est  une lignée de rois originaires de Thèbes, seize rois se sont succédé. Les rois de cette dynastie réorganisent l'administration, interdisent aux gouverneurs locaux de transmettre leurs fonctions à leurs fils et limitent l'autorité provinciale. Il apparaît une véritable propagande idéologique qui cherche à promouvoir une nouvelle image du roi, en tenant compte des réalités issues de la crise de la première période intermédiaire.

La 12ème dynastie(-1963 à -1786), originaire de Thèbes, marque le retour à une période de puissance et d'équilibre qui va culminer avec les règnes de Sésostris III et d'Amenemhat III. Les campagnes militaires et les expéditions minières à l'extérieur des frontières renforcent l'emprise de l'Égypte. Cette période de presque deux siècles est marquée par le développement du Fayoum, une prospérité économique retrouvée et l'émergence d'un courant artistique qui donnera naissance à une période dite classique.

Deuxième Période Intermédiaire

Cette deuxième période intermédiaire regroupe les 13ème, 14ème, 15ème, 16ème et 17ème dynasties.

La 13ème dynastie est la première de la deuxième période intermédiaire. Les rois parvenus au pouvoir, souvent par voie d'usurpation, n'arrivent que rarement à régner sur tout le pays, leur autorité étant contestée par d'autres usurpateurs locaux. C'est évidemment le principe même de succession qui est en cause. Sous cette dynastie, on distingue deux lignées de rois, qui ont résidés respectivement à Thèbes et à Ithet-Taoui aux environs de Licht, la capitale administrative. Les rois peuvent rarement fonder une lignée, leurs règnes durent quelques années, voire quelques mois. Nombre d'entre eux sont des roturiers, des militaires ou des étrangers asiatiques. Les périodes d'équilibres et de stabilités vont alterner dans le pays avec celles de troubles et de guérillas. Paradoxalement alors que le trône est agité de soubresauts incessants, les hauts fonctionnaires restent en place, poursuivant l'administration du royaume. Il est difficile de faire une liste très juste des rois de cette dynastie, Manéthon et le Papyrus de Turin donnent une soixantaine de noms, mais trop d'entre eux sont mal connus voire complètement inconnus. Cette dynastie n'entraîne cependant guère de changement dans l'art et le fonctionnement de l'Égypte.

La 14ème dynastie vit la formation de deux royaumes, à la suite d'une révolte dans le delta. Ces deux monarchies parallèles formèrent ensemble cette dynastie. Le premier de ces royaumes indépendants se créa à Xoïs, dans la partie Nord-Ouest du Delta. On ne sait pratiquement rien de ces souverains qui sont peut-être d'origine Cananéenne. Le deuxième royaume, situé dans la partie Nord-Est du delta, fut fondé par Néhési, "Le Noir, le Nubien". Cette cité est un port fluvial à forte densité asiatique, voué au commerce avec Byblos. Plus de soixante-dix noms de rois sont recensés, dont certains sont fictifs (le Papyrus de Turin mentionne presque soixante noms et Manéthon soixante-seize).

La 15ème dynastie fut la première dirigée par les Hyksôs, qui contrôlaient le nord du pays. Selon Manéthon, six rois auraient régné. L'afflux continu de main-d'œuvre asiatique bouleverse les équilibres démographiques dans le nord du pays. Ce sont des étrangers, les Hyksôs "heqa khâsout, chefs des pays étrangers", population d'origine asiatique implantée dans le delta depuis plusieurs générations, qui mettent à profit l'arrivée de nouveaux migrants en provenance du Proche-Orient pour étendre leur influence et s'emparer progressivement du nord de l'Égypte. Les souverains Hyksôs au contact de la civilisation égyptienne, beaucoup plus avancé que la leur, adoptent le protocole et les titres de la cour royale. Dans le gouvernement de l'Égypte, ils conservent l'organisation administrative existante. Pour se faire, ils utilisent un personnel de fonctionnaires égyptiens. Ces derniers, momentanément soumis aux étrangers gardent quand même intact leur orgueil national et leur profond attachement à leurs dieux. La domination des Hyksôs s'exerce de diverses manières. Les rois de cette dynastie ont un contrôle absolu. Ils installent des petits royaumes contrôlés par des Egyptiens collaborateurs en Moyenne-Egypte. Tous ces vassaux formeront la 16ème dynastie. Enfin ils imposent leur autorité aux rois de la 16ème dynastie qui contrôlent plus ou moins la Haute-Egypte. Tous ces territoires sont assujettis à des impôts collectés par des "Directeurs du trésor" portant un titre égyptien.

La 16ème dynastie (- 1650/- 1620 à -1540) est une dynastie mineure de l'Égypte. Sous ce nom on désigne les chefferies asiatiques qui sont vassales des rois Hyksôs et qui se partagent des territoires (en dehors de l'Est du delta contrôlé par la 15ème dynastie), et aussi les petits royaumes en Moyenne-Egypte que tiennent des Égyptiens collaborateurs des  Hyksôs. Cette dynastie est parallèle aux 15ème et 17ème dynasties.

La 17ème dynastie succède pratiquement à la 13ème dynastie d'où elle semble issue d'une branche locale. Elle ne contrôle que la Haute-Egypte. Ce royaume de Thèbes comprend les huit premiers nomes entre Eléphantine et Abydos et une partie de la Moyenne-Egypte jusqu'à Cusae, par des alliances avec des potentats qui lui vouent allégeance. Le reste du pays appartient aux chefferies asiatiques vassales des Hyksôs et aux petits royaumes dirigés par des Égyptiens collaborateurs (16ème dynastie) ou aux Hyksôs eux-même (15ème dynastie). Il y a controverse sur le fondateur de cette dynastie, on trouve soit Antef V (idée qui rencontre l'approbation de la grande majorité des spécialistes) ou soit son fils Rahotep. Les rois ou gouverneurs de cette dynastie doivent verser un tribut aux pharaons.
Liens "Egypte Antique"
  • "Egyptos", l'Egypte... d'hier à d'aujourd'hui


4 votes. Moyenne 1.75 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 20/02/2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×