Lutins et Compagnie

Les Lutins :

Le lutin ou nuton est une créature légendaire de petite taille, issu du folklore français (lutin) et du folklore wallon (nuton). Il apparaît dès le Moyen Âge dans la littérature, et devient à l'époque moderne un personnage de la Fantastique. Ces êtres ont une petite taille, et sont communément espiègles et facétieux, bienfaisants ou malfaisants.

Dans la langue française, "lutin" est également un terme générique pour désigner toutes les créatures "féeriques" de petite taille.

D'autres noms servent à désigner les lutins : "lupins", "lubins", "luprons", "luitons", "ludions", "letiens", "nutons". Les femmes lutins sont généralement appelées "lutines" et "lupronnes".

Par extension, ils sont aussi désignés comme employés du Père Noël, se rapprochant ainsi de la version moderne du nisse scandinave ( petite créature légendaire du folklore scandinave).

Les lutins mesurent d'un demi pouce à 30 cm. Ils sont principalement représentés avec le chapeau pointu des légendes de tout âge. Leur chapeau leur permet de prendre l'apparence de leur choix. Leurs vêtements sont souvent cousus avec de la mousse de forêt, mais les peaux de bêtes ne sont pas à exclure. Certains dessinateurs les illustrent avec des collants rayés. Ils ne commencent à vieillir que vers 300 ans... Alors, la barbe pousse et s'allonge et le crâne se dégarnit. Leur visage lisse et rond se fripe et ils prennent de l'embonpoint avec l'âge.

D'allure gracile, ces représentants du Petit Peuple n'hésitent pas à rendre service aux humains ; ce sont les lutins dits domestiques. D'après la tradition, certaines chaumières avaient leur propre lutin. Celui-ci aidait les servantes et surveillait la cuisson, il consolait les enfants tristes et prenait soin des animaux. Mais il ne fallait pas manquer de respect à son égard, au risque de le perdre à jamais ou bien qu'il jouât les plus vilains tours.

D'autres lutins vivent au sein de la nature : lutins des forêts, des collines, des champs, des lacs, des souterrains, des pays gelés. Plus farouches, ils ont un aspect et un goût vestimentaire qui rappellent l'endroit où ils vivent. Par exemple, les lutins des forêts ont parfois la barbe verte comme la mousse, une peau d'écorce, des colliers de petits fruits. Une jeune feuille de rhubarbe sauvage leur sert de chapeau...

Dans le Folklore Français :

  • Les Annequires :

Le annequin ou hannequet est un créature féerique du folklore des Ardennes, décrite comme une sorte de lutin.

Les annequins seraient des êtres malfaisants, qui tiendraient une ronde tous les samedis soirs et certaines nuits, ils passent au dessus des maisons en poussant des sifflements aigus. Toute personne qu'ils surprennent alors disparaît à jamais. Il vivraient plus précisément dans les bois de Puilly.

  • Les Croqueurs d'Os :

Le croqueur d'os est, dans le folklore des Ardennes, un lutin nécrophage et repoussant qui vit sous les cimetières.

Il mesure 64 centimètres, il est repoussant et livide, il a une main en forme de spatule pour creuser la terre, une autre très puissante pour briser, et des mâchoires impressionnantes. Cet individu dégage une odeur pestilentielle. Il se vête de bouts de cuirasses rapiécées dérobées aux cadavres.

Il  vit dans des souterrains creusés sous les cimetières, plus particulièrement dans les Ardennes françaises, en Irlande, et en Bavière. Il se nourrit de cadavres, et il ne reste rien qu'ils soient frais ou décharnés.
C'est une race dégénérée en voie de disparition. Il ne reste plus assez de femelles pour perpétuer l'espèce ...
Sinon, il creuse d'interminables tunnels reliant plusieurs cimetières sur des distances de 100 kilomètres parfois. Il chasse la taupe dont il tanne la peau en fins parchemins sur lesquels il écrit l'histoire et la légende de son peuple, et l'enlumine de fort belle façon à l'aide de racines pilées fauchées à ras du sol. Croqueur d'Os piège également les vipères, car il tire un alcool capiteux du venin.

  • Les Farfadets :

Le farfadet ou parfois le fadet ou follet est une petite créature légendaire du folklore français, souvent espiègle. Il est présent dans le folklore du sud-ouest de la France, la Vendée et le Poitou.

Il mesure une cinquantaine de centimètres, ridé, la peau mate. Traditionnellement, le parfait petit farfadet porte une veste rouge aux boutons argentés rutilants, des bas bleus ou marine, d'épais souliers à grosse boucle argentée.

Il vit dans des galeries qu'ils creusent eux-mêmes. On raconte que les farfadets cachent leurs trésors dans le creux des chênes au pied des arcs-en-ciel.

Il est très farceur, joue parfois des tours aux humains. Il aime à courir dans les prés, les champs de lavande. Parfois le farfadet s'installe près d'une maison et s'occupe de son entretien, ainsi que des animaux, du jardin... On dit également qu'il lui arrive de réparer des outils, des chaussures, des choses cassées. Pour tous les services qu'il rend, il apprécie un verre de lait, des gâteaux de miel, mais n'acceptera pas de nouveaux vêtements, en remplacement des haillons qu'il porte.

  • Les Argidunas et les Iratxoak:

L'Argiduna est dans la mythologie basque, un lutin qui se manifeste la nuit sous forme de lumière. Argiduna signifie "celui qui a de la lumière" en basque, il s'agit d'une contraction des mots argi "lumière" et duna "celui qui a", "celui qui possède".

L'Iratxo  est un lutin dans la mythologie basque. Son nom est directement associé à "fougère" ("ira" en étant le diminutif). Tant du côté espagnol que français du Pays basque.

  • Les Korrigans :

Le Korrigan, qui signifie "petit nain", est une créature légendaire du folklore de Bretagne, comparable au lutin français.

Ce sont des esprits, faisant partie du  petit peuple. prenant l'apparence de nains dans la tradition celtique et en particulier bretonne. Leur apparence est variée, ils peuvent être dotés d'une magnifique chevelure et d'yeux rouges lumineux, à l'aide desquels ils sont censés ensorceler les mortels ou être décrits comme étant petits, noirs et velus, coiffés de chapeaux plats avec des rubans de velours, les filles étant coiffées de bonnets violets.

Les contes les situent le plus souvent dans des grottes ou encore dans des dolmens pour les plus chanceux. Mais ils hantent également les sources, les fontaines ou les landes du pays breton.

Bienveillants ou malveillants selon les cas, ils peuvent faire preuve d'une extrême générosité mais sont également capables d'horribles vengeances.

On leur attribue les ronds de sorcières qu'on trouve parfois sur les prés ou dans les sous-bois. On dit qu'ils y font cercle pour danser à la tombée du jour. Au mortel qui les dérange, il arrive qu'ils proposent des défis qui, s'ils sont réussis, donnent le droit à un vœu mais qui peuvent, en cas d'échec, se transformer en pièges mortels menant tout droit en enfer ou dans une prison sous terre sans espoir de délivrance. Dans la nuit du 31 octobre, on prétend qu'ils sévissent à proximité des dolmens, prêts à entraîner leurs victimes dans le monde souterrain pour venger les morts des méfaits des vivants.

Dans les Folklores Etrangers :

  • Les Sottais :

Un sottai est une petite créature légendaire cavernicole du folklore wallon, frère du nuton et comparable au lutin français.

D'après les récits populaires, ils étaient très petits et basanés. Ils portaient des cheveux longs retombant en boucles crépues.

Les grottes de la vallée de la Vesdre (rivière belgo-allemande) servaient d'habitation à ces nains. Ils réparaient ce qu'on posait près des ouvertures en échange de nourriture.

  • Les Bonnets- Rouges :

Un bonnet-rouge, également appelé powrie ou dunter, est une créature légendaire, un type de lutin malveillant et meurtrier issu du folklore britannique; plus particulièrement, il fait partie de la famille des Gobelins. Les Bonnets-Rouges habitent les ruines de châteaux situés le long de la frontière entre l'Angleterre et l'Écosse.

D'aspect physique, ils ressemblent à des vieillards aux cheveux longs avec des yeux rouges étincelants et des dents saillantes. Ils portent une canne ou un bâton munie d'un embout métallique avec lequel ils tuent les voyageurs égarés ou les visiteurs solitaires des ruines qu'ils hantent.

On dit qu'ils assassinent les voyageurs qui s'égarent dans leur demeure, parfois en poussant des rochers du haut des falaises. Leur surnom provient de la teinte de leur chapeau, qu'ils ont l'habitude de tremper dans le sang de leurs victimes.

Les Bonnet-Rouges doivent tuer régulièrement, car si le sang souillant leur chapeau se dessèche, ils meurent. L'autre méthode pour les anéantir est de leur lire à voix haute un passage de la Bible, en l'entendant, ils s'enfuient dans un cri perçant et laissent une de leurs dents au sol. Lorsqu'ils ont perdu toutes leurs dents, ils meurent.

  • Les Fir Darrig, les Leprechauns et les Lurikeen :

Le fir darrig ou far darrig, dans la mytholgie irlandaise, est décrit comme un lutin tantôt gigantesque (fir darrig du Donegal), tantôt minuscule (fir darrig de munster).

Physiquement, ce lutin est semblable à ses cousins, les leprechauns et les cluricaunes, si ce n'est qu'il s'habille souvent de rouge ("Fear Dearg " signifie en irlandais et en gaélique d'Écosse "Homme Rouge").

On dit de lui qu'il a tendance à forcer les habitants d'une maison à l'accueillir chez eux, et à lui réserver la meilleure place, au coin du feu. Par la suite, il prendra ses aises, allant même jusqu'à faire sécher ses vêtements répugnants imprégnés de son horrible odeur au dessus de l'âtre. Si les habitants de la chaumière n'obtempèrent pas, on dit que le fir darrig leur jouera toute sorte de tours et les harcèlera sans répit.

D'après une autre version, ces lutins vivraient dans les chalets, entre le plafond et la chaume. Leur rôle serait la plupart du temps de jouer de mauvais tours aux habitants, mais aussi, en cas de danger, de les protéger.

Le leprechaun est une petite créature féerique mâle du folklore irlandais, qui peut être comparé au lutin du folklore français. Il est devenu plus tard un personnage de fiction.

Les Leprechauns sont le plus souvent représentés fabriquant et astiquant une chaussure. La légende dit qu'ils cacheraient des chaudrons d'or. Avant le XXe siècle, les Leprechauns étaient représentés vêtus de rouge au lieu du costume vert dont ils ont été attifés, surtout aux Etats-Unis.

L'archétype moderne du leprechaun est un vieillard barbu roux, qui habite au pied d'un arc-en-ciel, où il cache un pot ou un chaudron rempli d'or. Il est généralement habillé de vert et porterait un trèfle à quatre feuilles. On dit aussi qu'il est très sarcastique, sournois et qu'il n'aime pas que les étrangers viennent le déranger. Il aurait d'ailleurs créé l'arc-en-ciel pour que personne ne puisse le voir.

Son activité principale est de fabriquer et astiquer de minuscules souliers à sa pointure, ornés d'une boucle d'or.

Le lurikeen est, dans le folklore irlandais, un lutin et esprit familier des tinkers ( ou Travellers sont une minorité ethnique irlandaise nomade) lié à la misère et aux défaites.

  • Les Nisses :

Le nisse ou tomte est une petite créature légendaire du folklore scandinave, comparable au lutin français.

Il est souvent représenté comme un petit homme âgé, dont la taille varie de quelques dizaines de centimètres à la moitié de la taille d'un homme adulte. Il porte souvent une grosse barbe, et est vêtu avec une tenue de travail de paysan.

Cependant, il existe des histoires folklorique où il est décrit comme un "changeur de forme", capable de prendre une taille bien plus grande que celle d'un homme adulte. Dans d'autres contes, le nisse serait capable d'avoir un simple œil cyclopéen. Puisque le nisse est censé être capable d'illusions et de se rendre lui-même invisible, les descriptions sont en général peu susceptibles de fournir des descriptions précises et détaillées de son apparence.

A partir des années 1840, le nisse des fermes est devenu le porteur des cadeaux de Noël au Danemark, et s'est ensuite appelé julenisse ("lutin de Noël").

Celui-ci s'occupe des enfants et de la maison du fermier, et les protége contre la mauvaise fortune, en particulier la nuit, pendant que les occupants sont endormis.

  • Les Servans:

Le servan est, dans le folklore alpin, un lutin bénéfique et protecteur du bétail et du foyer.

  • Les Hutzëran(s) :

Le hutzêran est, dans le folklore du canton de Vaud (en Suisse), un lutin hurleur qui fait tomber les branches et tourbillonner les feuilles.]

  • Les Aërico(s) :

L'aërico est un lutin solitaire qui vit dans les arbres d'Albanie, appréciant tout particulièrement les très vieux cerisiers. D'essence maléfique, il défend férocement son arbre contre quiconque l'approche de trop près. Sa haine des humains est si forte que la simple approche de l'ombre d'un arbre d'Aërico peut engendrer des gonflements des mains, des pieds et même des organes génitaux masculins pouvant s'avérer très douloureux.

De nos jours, excepté dans les régions rurales de l'Albanie où subsistent encore une certaine tradition orale des légendes, ce mythe est plutôt éteint. Les gonflements des mains et des jambes étaient fort probablement des cas d'éléphantiasis, qui était une maladie peu connue à l'époque en Europe.

Les Dama Dagenda :

Les dama dagenda sont, dans le folklore de Nouvelle-Guinée, des lutins qui égarent les hommes dans la brousse en imitant les cris d'animaux.

  • Les Mogwai(s) :

Le mogwai est, d'après la tradition chinoise,  une espèce de lutin qui possède des pouvoirs surnaturels, qu'il utilise souvent pour faire du tort aux humains. La tradition veut que sa reproduction sexuée soit déclenchée par l'arrivée des pluies, il attendrait la pluie qui serait un signe de richesse et de prospérité à venir.

Les Puckwoodgenie(s) :

Le puckwoodgenie est, selon Pierre Dubois*, une sorte de lutin des forêts issu de légendes amérindiennes, qui commande aux éléments et protège la faune, la flore et les récoltes. Ils ont une fonction d'intermédiaire entre les forces de la nature et les hommes.

En savoir plus...

Pierre Dubois*: Il est né le 19 juillet 1945 à Charleville-Mézières, est un scénariste de bande dessinée, conteur et romancier français. Il a notament publier "La Grande Encyclopédie des Lutins". Cette encyclopédie est très complète et bien illustrée, les lutins sont classés en fonction de leurs lieux de résidence.

Sources du Texte:

Article "Lutin" et "Catégorie: Lutin" sur sur Wikipédia, l'Encyclopédie Libre

Article "Le Lutin" sur Le Domaine d'Isegorias

Article "Les Lutins, Trolls, Farfadets et autres représentants du Petit Peuple" sur Les Créatures Imaginaires

Articles "Les Peuples des Collines / Air / Forêts / Eaux / Terres" sur L'Univers d'Erzy

Quelques Images:    (Images Libres de droit)


 

 

 

 

20 votes. Moyenne 3.20 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×